Home Politique Apr-Mbour : Quand les rapports électriques freinent l’émergence du département

Apr-Mbour : Quand les rapports électriques freinent l’émergence du département

15
Apr-Mbour : Quand les rapports électriques freinent l'émergence du département
Apr-Mbour : Quand les rapports électriques freinent l'émergence du département

Single Post

Mbour occupe une place importante dans l’échiquier politique du pays. Des politiques comme le président poète, Léopold Sedar Senghor, Demba Diop et sa femme Caroline Faye, François Bopp, Ousmane Tanor Dieng, entre autres, ont écrit de belles pages dans l’histoire politique du département. Avec l’avènement de Macky Sall, une nouvelle animation et une effervescence sont notées. De jeunes politiques ont remplacé la classe vieillissante.

De fins stratèges comme Oumar Youm, Serigne Gueye Diop, Saliou Samb, Cheikh Issa Sall, Sira Ndiaye, Maguette Séne, Ousmane Gueye sont au-devant de la scène, damant le pion aux précurseurs de l’Apr à Mbour, tels que Mamadou Diankha, ancien administrateur civil, Dr Ahmadou Diba, Boubacar Camara, Amadou Thimbo. Ces derniers avant même que Macky Sall n’accède au pouvoir, s’étaient déjà illustrés dans des querelles de positionnement. Même s’ils ne sont pas écartés du parti, ils n’occupent aucun poste de prestige.

” Ce n’est pas dans l’invective et dans les quolibets que vous allez créer les conditions de mettre le pays au travail dans la sérénité ”. C’est ainsi que parlait Macky Sall, lors de la 5e édition de l’Université républicaine de la convergence des jeunesses républicaines (Cojer), tenue à Saly les 03 et 04 décembre 2016.

Mieux, le leader de l’Apr avait demandé aux responsables politiques de son parti à travailler ensemble pour l’unité et la massification du parti dans le département de Mbour.

Les apéristes n’aiment pas être dirigés. Même si chacun se targue d’être militant et responsable, personne ne veut être derrière l’autre. Du coup, ils ne manquent pas de se crêper le chignon par voie de presse. Retour sur un feu qui a toujours couvé chez les responsables apéristes.

Dr Serigne Gueye Diop, le Pse version locale

Ingénieur agroalimentaire, Dr Serigne Gueye Diop est décrit comme la figure de proue du développement, avec son Plan Sandiara émergent (Pse). Le maire de Sandiara et non moins ministre conseiller du président Macky Sall a plein d’ambitions pour sa commune. Un visionnaire ! Ce qui le pousse même à empiéter sur le périmètre communal de ses collègues.

Récemment, il a eu un différend avec les éleveurs et agriculteurs qui vivent grâce à une forêt de 1216 hectares. Éleveurs et agriculteurs avaient crié sur tous les toits que le projet de Serigne Gueye Diop avait pour finalité la mort irréversible de l’élevage et de l’agriculture.

” C’est Serigne Gueye Diop qui veut installer des étrangers. On dit qu’il est intransigeant dans ses projets. Cette fois-ci, il devra changer de fusil d’épaule. Au cas contraire, il passera d’abord sur nos cadavres avant d’installer qui que ce soit, dans cette zone ”, avait menacé Gallo Dia, président des éleveurs.

Aussi, ce projet d’agropole n’a pas eu le soutien des maires des communes de Ngueniéne et de Malicounda, avec qui Sandiara partage le périmètre forestier.

Surnommé ” un dix dix ”, slogan qu’il a lui-même créé, il est du genre à amener des partenaires. Il aime l’excellence et cherche toujours à atteindre l’élite pour ses habitants. On ne l’entend pas dans les querelles de borne fontaine au sein de son parti. Et n’est pas fort dans les querelles politiciennes.

Mais ces militants ne manquent pas de sortir de leurs gonds, quand, il s’agit de prendre sa défense.

C’était le cas lorsqu’il a commencé à recevoir des attaques de son voisin de Thiadiaye, Oumar Youm. Les jeunes de la Cojer de Sandiara avaient d’ailleurs taxé ce dernier de ” mercenaire armé ”.

Pour rappel, les jeunes de la Cojer de Sandiara, s’étaient érigés en bouclier contre Oumar Youm, pour prendre la défense de Dr Serigne Gueye Diop.
Ils avaient dénoncé le fait que, malgré les responsabilités qu’il occupe auprès de Macky Sall, la commune de Thiadiaye a toujours enregistré les pires résultats électoraux dans le département de Mbour.
Les jeunes s’étaient indignés des attaques ” politiciennes ” du maire de Thiadiaye, à l’époque directeur de cabinet de Macky Sall, le déclarant même persona non grata à Sandiara, à Fissel et à Joal.

Oumar Youm, l’homme des manœuvres

La figure politique du département demeure l’ancien directeur de cabinet du président, Oumar Youm. Il est peint, par certains jeunes militants de son parti, comme celui qui sème la zizanie et qui excelle dans les manœuvres. Son leadership a toujours été contesté.

Le torchon a longtemps et toujours brûlé entre lui et les autres responsables politiques de la commune de Mbour.

Du courage, il lui en faut pour garder la tête haute face aux accusations de la jeunesse républicaine. Dernièrement, sa jeunesse l’avait accusé de lorgner le fauteuil de Macky Sall. Les jeunes avaient même déploré le fait qu’il ne se soucie pas du chômage qui gangrène sa jeunesse.
” Il n’est pas du genre à caser ses militants ”, souffle-t-on dans les rangs des beige-marron.

Pour autant, il clame sa fidélité pour le président Macky Sall, en déclarant : ”Je suis un militant discipliné. Je suis un militant loyal, fidèle au Président de la République, lui-même le sait. Il y a des accusations qui ne sont malheureusement pas fondées. Mais on est en politique, souvent il y a des critiques qui ne sont pas fondées, qu’il faut accepter ”.

Quelques heures passent, un magistrat de formation revient à la rengaine, en réitérant les mêmes accusations que la jeunesse apériste.

Cheikh Issa Sall, celui qui casse les codes

Depuis son arrivée, avec son mouvement AmDem (Agir avec Macky pour le Développement de Mbour), le directeur de l’Agence de Développement Municipal (Adm), ne s’embarrasse guère de convenance. Il attaque frontalement son adversaire. Son mouvement lancé un 26 février 2016, sous la présence du frère du président Alioune Sall, AmDem s’est déployé comme une traînée de poudre.

Dès son lancement, il a marqué son territoire. Le magistrat de formation, s’emploie à faire parler de lui et de son mouvement. Cheikh Issa Sall fait feu de tout bois et s’est construit rapidement une popularité en or massif auprès de la population.vDans l’éducation, il se lance, offrant des cours de vacances et des fournitures gratuites. Il loue un appartement pour les étudiants mbourois de Dakar et de Saint-Louis.

Idem pour l’environnement, il reboise et nettoie les écoles.
Il est partout, des actes qui lui ont valu l’attention des populations.

Il déploie une stratégie pour engranger la sympathie des populations. Il sillonne les quartiers pour apporter son appui financier, matériel. Son objectif à court terme : devenir le maire de Mbour.

Pour survivre en politique, il est souvent crucial d’être sous l’aile d’une ponte. Si certains politiciens se sont ralliés derrière Oumar Youm, Cheikh Issa Sall lui n’en a cure. Il n’hésite pas à dire sa vision des choses et même à attaquer.

Ainsi, les responsables ont toujours ramé à contre-courant. Et leurs relations n’ont jamais été au beau fixe. Du coup, les appels à l’Union ont toujours été biaisés.

Cheikh Issa Sall fustigeait le fait que Youm et ses amis ne cessent de boycotter ses activités.
En 2018, après un méga meeting organisé par le président du mouvement AmDem, Oumar Youm avait brillé par son absence. Interpellé, il dira : ” Je ne peux pas participer à une manifestation à laquelle je ne suis pas convié. Je n’ai pas été invité par Cheikh Issa Sall. Si vous le voyez, demandez-lui pourquoi il ne m’a pas invité ”. Un autre jour, il dira : ” On ne me force pas une relation obligée. Je chemine avec qui je veux ; le reste, je ne peux pas le gérer. Qu’il y ait une activité et que je ne m’y rende pas et que j’envoie une personne pour me représenter, personne ne peut m’en vouloir. J’ai dépassé les tendances ”.

La réponse ne s’était pas fait attendre du côté de Cheikh Issa Sall, qui riposte : ” Il a été saisi et invité. Cela est malsain de sa part ”. Ils n’ont jamais été en odeur de sainteté.

Pour avoir du pouvoir, grimper dans la hiérarchie, il faut avoir un parrain. Dès le départ, Sira Ndiaye s’est identifié un allié de taille, en la personne de Oumar Youm. L’essentiel pour progresser et agir efficacement face à l’adversité, c’est d’avoir un soutien de taille.

Sira Ndiaye, “une carnassière à la langue très amère”

Après une traversée du désert, aux côtés de Macky Sall, son soutien lui a valu un poste de député à l’Assemblée nationale.
Une grande rivalité a toujours existé entre elle et le directeur de l’Adm.

Ils ont la même base politique puisqu’ils viennent du même quartier de Tefess, fief des lébous.

Lors d’une réunion entre responsables de l’Apr et militants, en vue de préparer les élections législatives, le pire a été évité de justesse entre leurs deux camps. Une bataille rangée avait éclaté entre pro Cheikh Issa Sall et militants proches de la député Sira Ndiaye, le fossé s’est creusé de jour en jour.

Ils se sont déjà illustrés à travers des querelles de tendance. Puisque lors du passage de la caravane des vacances citoyennes leurs militants avaient rivalisé d’indiscipline. Mame Mbaye Niang qui conduisait la caravane avait appelé, en vain, au calme.
De guerre lasse, il dira : ” Ce qui se passe à Mbour montre que vous devez vous unir davantage. La politique ne rime pas avec scission. Tout le monde a sa place à l’Apr ”.

Ils étaient tellement habitués aux invectives, au vu et au su de tout le monde, que le jour où ils ont décidé d’enterrer la hache de guerre, ils avaient surpris plus d’un.

De mémoire de mbourois, on n’a jamais vu les responsables mutualiser leurs efforts pour une même cause. Lors de l’élection présidentielle, ils ont battu campagne dans la dispersion.
Il n’ y a jamais eu une cohabitation saine et fraternelle entre les politiciens.
Les rapports électriques constituent un frein à l’atteinte d’un département performant, aussi stratégique que Mbour.

Source: Seneweb

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here