Home Afrique L’Afrique, bon élève de la lutte contre le Covid-19: “Les mesures précoces...

L’Afrique, bon élève de la lutte contre le Covid-19: “Les mesures précoces ont joué un rôle crucial”

75

https://actualitesenegal.info/wp-content/uploads/2020/09/single20post-86.
En Afrique, le Covid-19 fait toujours rage. Depuis février, le continent compte quelque 1,4 million de cas confirmés et 34.000 décès. Mais ces chiffres sont nettement inférieurs à ceux enregistrés en Europe, en Asie et en Amérique du Nord et du Sud. Et depuis quelques semaines, le nombre de nouvelles infections sur le continent diminue. Le directeur de l’Agence africaine de la santé publique fait l’éloge de l’Afrique pour la faiblesse de ses chiffres qui ne sont pas, selon lui, “sous-déclarés”.

L’Afrique s’en sort relativement bien dans la lutte contre le coronavirus. Selon les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, les chiffres du continent africain sont bien inférieurs à ceux de l’Europe (4,7 millions de cas et 220.000 décès), de l’Asie (9,7 millions de cas et 180.000 décès) et des deux Amériques (16 millions de cas et 540.000 décès).

Fin juillet, le virus s’est à nouveau propagé en Afrique après que des mesures assouplies. Il y avait une crainte que le continent de plus d’un milliard d’habitants devienne l’épicentre de la pandémie, mais cela ne s’est pas vérifié. L’Afrique représente actuellement moins de 5 % de tous les cas confirmés et 3,6 % de tous les décès liés au Covid-19 dans le monde.

Des mesures précoces
Dans l’émission “Newsday” de la BBC, le virologue John Nkengasong, qui dirige les Centres africains de contrôle des maladies (CDC), l’Agence de la santé des 55 membres de l’Union africaine, rejette d’ailleurs la “fausse” l’hypothèse selon laquelle les infections et les décès en Afrique sont sous-déclarés. “Nous ne recueillons peut-être pas tous les cas, comme cela est fait dans d’autres parties du monde, mais nous ne voyons pas les gens tomber morts dans les rues ou des enterrements en masse sur le continent”, explique-t-il.

“Les mesures précoces ont joué un rôle crucial pour freiner la propagation du virus”, ajoute-t-il. En effet, dès que les premiers cas ont été connus, l’Afrique a pris des mesures immédiates: du lockdown strict, comme en Afrique du Sud, à des mesures moins strictes, comme en Éthiopie. Mais, selon M. Nkengasong, c’est surtout un “effort commun” qui a provoqué ces bons résultats. Il visait à “intensifier les tests, la recherche de contacts et, surtout, le port d’un masque”. “Dans de nombreux pays, comme l’Éthiopie où je vis, en vous promenant dans les rues d’Addis-Abeba, vous constaterez que presque tout le monde porte un masque”.

Une autre raison contribuant à l’endiguement du Covid-19 en Afrique est la population relativement jeune du continent, précise le Dr Nkengasong. Le continent a également l’expérience de la recherche des contacts par le biais de maladies comme le virus Ebola, qui a touché certaines régions. 

L’Afrique du Sud, pays le plus touché

L’Afrique du Sud a été le pays le plus touché par le virus. Le fait que les chiffres soient en baisse dans ce pays a un impact important sur les statistiques pour l’ensemble de l’Afrique. L’Afrique du Sud représente près de la moitié des cas confirmés sur le continent, mais elle teste aussi beaucoup plus. Mardi, le compteur du nombre de tests s’élevait à plus de quatre millions sur une population d’environ 58 millions d’habitants. 

En comparaison, le continent dans son ensemble, avec plus de cinquante pays, a dépassé la limite des dix millions de tests il y a un mois. Ceux-ci restent, selon les normes internationales, peu nombreux pour un si grand nombre d’habitants. Cela s’explique par le manque de matériel et l’absence de production des tests en Afrique. En d’autres termes, le continent pourrait faire encore mieux s’il testait davantage.

Source: Seneweb

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here